RENTREE EN IMAGES ARLES 2018

Les élèves du Lycée Guynemer à Arles

Cette année encore les élèves du lycée des métiers d’Arts sont allés à Arles visiter des expositions de photos. Ils se sont particulièrement attardés sur une exposition consacrée aux migrants.

 

Cette sortie a été organisée par Jean Pierre Cordat, professeur d’arts appliqués. Les lycéens ont été accompagnés de leurs autres professeurs de cette matière :  Carole Foll, Isabelle Dorster, Guillaume Plat ainsi que de la documentaliste  Loraine Folli.

 Les classes de 1ère BMA, de 1ère bac professionnel Pierre et de Terminale bac professionnel Tapisserie ont visités le matin trois expositions accompagnées par unguide, Matthieu Gasfou qui les a commentées.

Exposition « H+ « : Cette exposition traite du transhumanisme, mouvement qui prône l’usage des sciences et des techniques afin d’améliorer les caractéristiques physiques et mentales des êtres humains

Exposition « Une colonne de fumée » : Une colonne de fumée présente les travaux d’artistes et de photographes qui, de Diyarbakır à un ghetto d’Istanbul en passant par l’Anatolie centrale, racontent la Turquie d’aujourd’hui.

Mais le temps fort de la journée a été une rencontre avec Patrick Willocq qui s’est immergé pendant cinq mois dans le village de Saint-Martory, en Haute-Garonne, où durant l’été 2016, les 950 habitants ont vu arriver 50 migrants. Alors que le village se partage entre les « pro » et les « anti », le photographe propose un travail de mise en scène avec des décors hyper travaillés reconstituant des scènes symboliques de la migration. «  My Story Is a Story of Hope » (mon histoire est une histoire d’espoir) présente entre autres sur un mur entier une représentation d’un pont sur lequel se trouvent des habitants du village qui tendent la main à des réfugiés présents sur un zodiac, l’accrochage de plusieurs dizaines de gilets de sauvetage collectés sur les plages de Lesbos, en Grèce, complète l’installation.

Voici ce qu’en dit un élève :

 

« Cette exposition conçue par Patrick Willocq, consistait à reproduire la vie des migrants qui avaient le courage de marcher jusqu’à l'Europe ou de risquer leurs vies à traverser des mers et, des océans afin de trouver un endroit sûr pour mieux vivre. Cette exposition ne met pas uniquement en scène des  personnes ayant fait ce terrible voyage mais aussi  des villageois de Saint-Martory, pour certains réticents voire opposés  à l’accueil des demandeurs d’asile.

 

Cette exposition rassemble plusieurs projets photographiques et installations, et essaie de restituer les réactions des habitants suite à l’arrivée des migrants.

 

La reconstitution du Pont entre les peuples par exemple, a rassemblé des artisans, des habitants et des anciens migrants créant un mouvement d'entraides. Cette prise photographique s'est déroulée dans une des granges du château de St-Martory.

 Le pont sur cette photo est en briques et mesure 12 mètres de long cela nous donne une idée de l’envergure du décor ».   

         « Le pont entre les peuples » de Patrick Willock

 

Le photographe, très disponible, a expliqué sa démarche et répondu aux questions des élèves, très touchés par son travail. Les élèves ont pu visionner une vidéo dans laquelle les protagonistes témoignent de leur expérience.

 

 

Patrick willock avec les élèves

 

L’après-midi a été consacrée à une  animation par le CAUE autour de l'architecture contemporaine pour apprendre à identifier les caractéristiques des différents courants architecturaux de notre époque.

 

Les jeunes sont tous rentrés ravis de cette sortie qui non seulement les a initiés et confrontes à un nouveau type d’art : la photographie mais qui les a également fait réfléchir au monde qui les entoure.

 

Plus bas un article du journal Le Républicain d'Uzès et une petite vidéo sur les lieux :